L’interview de Laura Kelche

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui l’interview de Laura Kelche, auteure de la nouvelle « Cœurs interconnectés » .
Mathieu Begot
Mathieu Begot
Salut, moi c’est Mathieu ! Je suis passionné par les genres de l’imaginaire, la culture japonaise, mon chien et les commentaires que vous laissez sous mes articles ! En lire plus

L’interview de Laura Kelche

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui l’interview de Laura Kelche, auteure de la nouvelle « Cœurs interconnectés » .

L’interview de Laura Kelche

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui l’interview de Laura Kelche, auteure de la nouvelle « Cœurs interconnectés » .

Bonjour à tous !

Quelques petits soucis techniques ont rendu impossible la création d’une interview vidéo pour l’autrice du jour… Mais haut les cœurs : Laura Kelche, autrice de « Cœurs interconnectés », a quand même accepté de répondre à nos questions.

 

Voici donc son interview !

N’hésitez pas à lui poser la moindre de vos questions !

Peux-tu te présenter ?

Bonjour ! Je m’appelle Laura Kelche, j’ai dix-neuf ans et je suis actuellement en prépa littéraire à Paris. Je suis passionnée par l’écriture, les littératures de l’imaginaire, le jeu de rôle (surtout s’il s’agit de murder party !) et les musicals américains (Hamilton, Wicked, 36 questions…), mais aussi par la culture et la langue japonaises.

Quel est ton rapport à l'écriture ?

J’ai toujours aimé écrire, même si je n’écris plus tout à fait de la même manière que quand j’étais plus jeune, ni tout à fait la même chose. Aujourd’hui, j’écris surtout des nouvelles, même si j’ai déjà achevé le premier jet de deux romans de fantasy qui n’attendent qu’un intense travail de correction…

Or, je suis plus douée pour procrastiner en déversant mes idées sur le papier que pour m’astreindre à une discipline de relecture rigoureuse. Donc, pour l’instant, c’est en suspends.

J’affectionne tout particulièrement les genres de l’imaginaire —c’est aussi ce que je lis le plus— et j’aime les histoires qui jouent sur la forme, le point de vue ou la situation d’énonciation, pour explorer des thèmes atypiques ou des personnages ambigus.

Ta nouvelle en 5 questions, et sans spoiler !

Peux-tu présenter ta nouvelle en 3 lignes ?

C’est l’histoire de deux personnes qui s’aiment dans une société où l’équivalent du mariage est la Connexion, une mise en relation télépathique des conjoints : toutes les pensées sont partagées, tous les sentiments aussi, c’est l’intimité totale, une vraie mise à nu. 

Or, cette histoire, celle de Raph et Gab, est écrite au passé, au travers d’une lettre.

Quelle a été la source de ton inspiration ?

Au-delà du thème de l’appel à textes, j’ai été inspirée par une chanson de Vocaloid, Wave, dont les paroles m’ont toujours paru très énigmatiques. J’ai voulu lire entre les lignes et combler les blancs à ma manière, en imaginant ce que la chanson ne disait pas.

Dans les récits que j’ai pu lire, la télépathie est souvent traitée comme la parole, alors même que nos pensées sont bien plus volatiles, bien moins structurées, que les mots qu’on choisit de prononcer. Alors, j’ai voulu raconter cette télépathie-là, la communion des esprits, la complète transparence de chaque sentiment et de chaque idée.

Pourquoi avoir choisi ce titre ?

« Cœurs interconnectés », c’est justement l’une des paroles de la chanson, dans la version française de l’interprète Omega Ta, et c’est peut-être l’expression qui m’a le plus marquée, celle qui m’a soufflé l’idée de la télépathie. D’emblée, elle s’est imposée comme titre de projet, puis de nouvelle, quand je me suis rendu compte que mon histoire s’était construite autour de ces deux mots.

Je trouve qu’il y a un paradoxe dans leur association, dans l’amour et dans la vie — d’un point de vue biologique, même — qu’on rattache au mot « cœurs » et la connotation futuriste, mécanique et détachée de l’adjectif « interconnectés ». Le paradoxe m’a plu, j’ai voulu l’explorer.

Quel aspect de ta nouvelle te tient le plus à cœur ?

La forme épistolaire et la fin qui y est liée, mais je ne spoilerai rien ici.

En revanche, il y a autre chose, un détail plus discret à la première lecture, qui me plaît beaucoup et que j’ai aussi vu comme un exercice de style. Mais je n’en dirais pas plus, je vous laisse le soin de le découvrir… si ce n’est pas encore fait.

Qu’aimerais-tu faire ressentir au lecteur avec ton texte ?

C’est une question complexe… Je ne crois pas écrire en ayant immédiatement en tête ce que je veux faire ressentir au lecteur, parce qu’il y a autant de lectures qu’il y a de lecteurs et que je serais bien en peine d’en définir une.

En revanche, je sais ce que mon texte veut dégager. J’aime beaucoup les nouvelles qui s’achèvent magistralement, qui s’achèvent sur une note de stupeur et nous hantent après coup. Je ne pense pas que mon histoire soit à ce niveau, mais c’est dans cette perspective que je l’ai écrite.

Si ma nouvelle vous marque ou résonne avec vous, ne serait-ce qu’un peu, considérez-moi déjà ravie

Merci de nous avoir accordé cette interview !

 

 

Pour ceux qui n’en auraient pas encore eu l’occasion, le Pulp est toujours disponible à la précommande sur notre page Ulule !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jetez un oeil à nos

Autres articles