L’interview de Serge Pelissier

Nous avons aujourd'hui le plaisir de vous présenter l'interview de Serge Pelissier, auteur de la nouvelle « Déjà vu ‘87 »
Mathieu Begot
Mathieu Begot
Salut, moi c’est Mathieu ! Je suis passionné par les genres de l’imaginaire, la culture japonaise, mon chien et les commentaires que vous laissez sous mes articles ! En lire plus

L’interview de Serge Pelissier

Nous avons aujourd'hui le plaisir de vous présenter l'interview de Serge Pelissier, auteur de la nouvelle « Déjà vu ‘87 »

L’interview de Serge Pelissier

Nous avons aujourd'hui le plaisir de vous présenter l'interview de Serge Pelissier, auteur de la nouvelle « Déjà vu ‘87 »
L'interview de de Serge Pelissier est arrivée

Bonjour à tous !

La grande distance géographique (et le décalage horaire. Beaucoup de décalage horaire), n’aidant pas, nous vous proposons une interview au format papier pour l’auteur du jour. 

 

Voici donc l’interview de Serge Pelissier, l’auteur de la nouvelle « Déjà vu ‘87 » !

N’hésitez pas à lui poser la moindre de vos questions !

Peux-tu te présenter ?

Je suis Serge Pelissier. J’ai 41 ans. Je vis en Chine depuis près de 20 ans.

J’ai étudié en France (notamment les sciences du langage), mais je n’y ai pour ainsi dire pas travaillé. J’ai voulu voir le monde à l’issue de mes études et ne suis plus revenu, en quelque sorte.

Quel est ton rapport à l'écriture ?

Je suis autodidacte. J’écris sous une forme ou une autre depuis l’adolescence, mais je suis resté très longtemps dans le placard en tant qu’auteur, parce que je me suis découragé à plusieurs reprises, notamment en investissant toute mon énergie en solitaire dans des romans assez longs qui n’ont pas été publiés, avant de prendre (un peu) confiance en moi.

Je n’écris donc pas seulement des nouvelles ou même de la science-fiction : j’écris ce qui m’inspire, peu importe le format ou le genre.

Écrire peut être un processus assez compliqué, pour moi : j’ai des difficultés de concentration et suis très facilement distrait. C’est pour ça que je fonctionne beaucoup en assemblant dans le corps du texte des notes prises durant mes journées. Je lisse les aspérités stylistiques lors de la phase de révision.

Tu habites actuellement en Chine. Est-ce que tu penses que cela a pu influencer ton rapport à l’écriture ? Les thématiques que tu abordes ?

Tout à fait. Je m’inspire de ce qui m’entoure. Or, ma réalité quotidienne, c’est la Chine, et plus généralement l’Asie. Que l’action se passe en Asie, que les personnages soient asiatiques, etc., cela fait partie mon identité au sens large, je pense.

Je pense que mes thématiques sont également en rapport avec cette réalité.

L’uchronie de la nouvelle présentée fait référence aux tensions entre les deux Corées, par exemple.

Ta nouvelle en 5 questions, et sans spoiler !

Peux-tu présenter ta nouvelle en 3 lignes ?

L’humanité survit dans une arcologie placée sous un dôme clos qui la protège de l’hiver nucléaire.

Au sommet du plus haut immeuble, un homme a été tué. Une jeune femme est appelée pour enquêter sur sa mort. La victime n’est pas n’importe qui. La jeune femme non plus.

Quelle a été la source de ton inspiration ?

Ma réalité quotidienne pour l’aspect urbain, dense et surpeuplé.

Les romans policiers à suspense pour l’aspect enquête.
Des classiques comme Blade Runner ou Neuromancer pour l’aspect cyberpunk.

Peut-être les événements mondiaux actuels pour l’aspect confiné du dôme.

Pourquoi avoir choisi ce titre ?

Pour l’aspect cyclique de l’histoire, et parce c’est une uchronie.

Quel aspect de ta nouvelle te tient le plus à cœur ?

J’aime beaucoup le personnage principal, qui apparaît dans d’autres nouvelles du même cycle. A chaque histoire, j’apprends à la connaître un peu mieux.

Qu’aimerais-tu faire ressentir au lecteur avec ton texte ?

J’aimerais notamment les surprendre avec une intrigue originale.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

J’espère tout simplement qu’ils passeront un bon moment à lire cette histoire.

Merci de nous avoir accordé cette interview !

 

 

Pour ceux qui n’en auraient pas encore eu l’occasion, le Pulp est toujours disponible à la précommande sur notre page Ulule !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jetez un oeil à nos

Autres articles